CONTEMPORAINS
 
MODERNES
CLAUDE LALANNE
 

CATALOGUES


Georges Jeanclos est né en 1933 et mort en 1997 à Paris. 
À l’issue de ses études à l’École des Beaux-arts de Paris (1952-1958), il est lauréat du premier prix de Rome en 1959 et séjourne à l’Académie de France de 1960 à 1964. En 1966, il commence à enseigner aux Beaux-arts de Paris. Son œuvre a été régulièrement exposée en France, comme à l’étranger : en 1999, une rétrospective lui a été consacrée à Lille (Hospice Comtesse) et en 2002, une exposition monographique au Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme. Il a réalisé de nombreuses commandes publiques dont, à Toulouse, la décoration du portique d’entrée de l’Hôtel départemental de Police.

Ses personnages, aux visages lisses, aux crânes chauves, sont vêtus de draperies, linceuls, ou haillons. Dans les années 1970, il réalise en argile la série des Dormeurs qui figurait des gisants modernes, emmaillotés dans des draps et des guenilles, dont la fragilité paraissait témoigner de la survie difficile de l'humanité après la Shoah. Cette série l'imposa sur la scène artistique.

D'origine israélite, Jeanclos mêla les traditions juives à l'art oriental ou à des thèmes antiques et chrétiens : les Urnes Kaddish (1978-1980) recèlent des visages précaires aux yeux fermés, liés à la prière funéraire du Kaddish (prière du fils pour son père mort), les Kamakura (1988) évoquent des moines japonais dont les têtes émergent d'étranges pyramides et les Barques (1988) reprennent le thème du voyage vers le royaume des morts. Mais, au-delà de ces sujets religieux, les œuvres de Jeanclos révèlent une humanité baignée de souffrance jusque dans la sensualité : Le Couple, Le Baiser, La Naissance (1980-1990).

Portrait de Georges Jeanclos
 © Mnam-Cci  Bibliothèque Kandinsky  - Photographie : Jacques Faujour